L’Ecole Transparente
Chapitre 1          (a White Paper for the D.R.I.)                          

                                          “Montrez-moi les chiffres”
                                                        W. Edward Deming

Transparence est un vieux mot qui connaît maintenant de nouvelles connotations. La définition classique de transparent est un matériau translucide ou qui laisse passer la lumière. Beaucoup de gens confondent cette définition avec la seconde, qui parle d’honnêteté. Après tout, être transparent c’est ne montrer aucune ruse, même faire preuve d’un peu de naïveté. Après les crashs financiers d' Enron et de Worldcom, il est facile de comprendre pourquoi bien des gens aimeraient plus d’honnêteté dans le monde du business, et lorsqu'on observe le débat à propos de la transparence, on comprend à quel point ils mettent l’honnêteté et la transparence au même plan.

En « langage nouvelles technologies » ou en termes de « connectivité », pour moi la transparence évoque plus que le simple fait de dire la vérité. Dans le business, une entreprise transparente laisse tout à la disponibilité de tous, au moins pour les employés. Un exemple courant : chacun peut connaître le salaire des autres, ainsi que les quotas de ventes. (Un paradoxe étonnant a été constaté au sein de ces entreprises « open sources » : seuls les investisseurs et les actionnaires n’ont pas accès aux informations brutes, et doivent donc se contenter des rapports trimestriels.).

L’exemple le plus connu de grosse entreprise étant devenue transparente fut peut-être Cisco System. John Chambers, le CEO (Chief Executive Officier)de cette entreprise, voulait une sorte de photo instantanée de son entreprise, basée sur des données constamment mises à jour.

Sachez bien que ce n’était pas une tâche facile pour Cisco, qui était et qui est toujours une compagnie internationale qui brasse des milliards de dollars. Cela va encore plus loin : Mr Chambers voulait tout voir depuis son bureau. Dans le but de réaliser son souhait, de nombreux « cybers outils de management » ont du être développés pour réussir à rassembler d’innombrables données sous une forme facile à comprendre. Aujourd’hui, il est assez courant de voir des managements de niveau plus modeste avoir recours à une évaluation logicielle en temps réel, qui vérifie divers objectifs comme : la valeur moyenne des transactions, les ratios ventes/client, et parfois même des rapports météorologiques ou des indicateurs économiques sur les ventes. C’est l’intelligence artificielle dédiée au système qui fait fonctionner toute cette intelligence dans le business. Si une information cruciale n’est pas affichée ou envoyée à la personne concernée, on se retrouve alors vite à chercher une aiguille dans une botte de foin. L’impressionnante quantité de données dans une entreprise transparente peut masquer ou même détruire des informations primordiales.

Pour le moment, « l’école transparente » est un concept étranger. Jusqu’à aujourd’hui, tous les outils nécessaires sont mis en place, mais personne n’est prêt à les mettre en place ou à considérer leur importance. Les écoles accumulent les données, traitent avec leurs fournisseurs, gardent des enregistrements, se servent des e-mails et des réseaux intranet etc…Des écoles commencent déjà à dévoiler le fonctionnement de certaines de leurs activités. Prenons l’exemple des questionnaires à choix multiples (comme le TOEFL, TOEIC, GMAT) qui rendent un résultat sous forme de quantifée. Ce ci n’est que le commencement. On peut penser que les professeurs ne passeront cependant pas au second plan à cause les chiffres : en dépit des avantages de ce type d’examens, tout enseignement ne peut se voir attribué une note.

Quels sont les nouveaux concepts ou changements qui définissent une école transparente ?

La connectivité est un changement important pour tout institution traditionnelle. En reliant tout via la technologie de l’information, vous accélérez tout, y compris les erreurs. Chefs de départements, professeurs, étudiants, tous auront besoin de filtres intelligents capables de trier les informations qui leur sseront disponibles. La tracabilité devient donc primordiale. Le progrès comme le manque de progrès devraient être visibles au sein d’une école transparente. Des cours à la carte ou des enseignements plus personnalisés deviendront bien plus courants. La transparence ne va pas sans la vérification. Ce paradigme en vue d’authentifier les progrès ou les résultats est relativement inconnu du monde universitaire. La connaissance du temps passé par un étudiant ou un professeur à écrire des e-mails peut ou ne pas être un critère pour évaluer la compétence. Les logiciels, protocoles et outils doivent être mis à disposition, mais un important travail de réflexion et de mise au point seront nécessaires avant d’en assurer la fiabilité. L’intelligence artificielle appliquée peut être utilisée judicieusement, comme sans raison valable. L’idée d’apprendre tout au long de sa vie est souvent liée à la diffusion libre d’informations et à la connectivité. La raison est la suivante : la transparence requière engagement et investissement envers le réseau lui-même, et un tel investissement de temps serait gâché par une rupture de relations. La question ici est de savoir de quelle manière ces procédures et ces idées seraient adaptées dans un contexte universitaire.

Quels sont les avantages de la transparence ?

On peut répondre à cette question en deux mots : rapidité et flexibilité. Nous vivons dans un monde où il paraît normal que « le gros mangera le petit ». De nombreuses écoles et institutions cherchent ,à juste titre, à avoir plus de poids. C’est une stratégie encore valable. Compter nombre d’anciens élèves répartis dans le monde amène en général une meilleure vision à l’échelle nationale voire internationale. De plus, un grand nombre d’étudiants permet une plus grande diversité de sujets à traiter. Malheureusement, au vingt et unième siècle nous pourrons sûrement affirmer que « le rapide mangera le lent ». Préparer et instaurer la transparence au sein d’une école accélérera tout sorte de transaction.


Quels changements concrets pour l'école ?
Le directeur devrait être capable d' "observer" de son bureau le fonctionnement complet de son école . Comme d'ailleurs tous les acteurs de l'établissement . Un  réseau structuré d'information semble ainsi être un atout considérable . Des consignes et/ou approbations jusqu'aux notes donnés par les professeurs ; tout sera automatisé avec toutes les conséquences que cela induit . Les décideurs n'auront plus qu'à se soucier de la bonne marche de l'ensemble du système , laissant aux algorithmes les décisions les plus traditionnelles . Conséquence : un gain de temps non négligeable pour tous le monde . De plus  il est difficile de créer et d'innover dans un contexte de contrainte ou directif . Une école transparente est une école où ces deux activités sont justement accessibles pour tous . Les démarches individuelles contribuant à l'intérêt collectif doivent être ainsi encouragées et renforcées . Une telle stratégie est au coeur de cette transparence .


Conclusion:
 Le fait que l’école ait les compétences pour travailler dans un environnement transparent facilitera la collaboration avec les industries de pointe, établissements scolaires et les institutions. De récents articles prétendent que la réputation de notre école ne se joue pas seulement sur les cours qui y sont dispensés, mais aussi sur le type et le nombre de partenariats. Une raison supplémentaire de s’intéresser de plus près à l’école transparente quand on sait que seules peu d’institutions s’engagent dans cette voie-là. Considérer simplement la mise en œuvre de la diffusion libre d’informations au sein de notre école nous placerait parmi les meilleures écoles.
Ces concepts seront adopté à la plupart des écoles par la suite:
"Après tout les bénéfices d'une école transparente sont... clairs."

(Traduit par et )
Rédacteur:
Christopher YUKNA
Advanced Learning Technologies Project Manager

Délégation aux Relations Internationales
Ecole Nationale Supérieure des Mines
158 cours Fauriel
42023 SAINT-ETIENNE Cedex 2

tel : 33-(0)4-77-42-00-82
fax : 33-(0)4-77-42-00-00
email :
Resource Site for Teachers :
http://www.emse.fr/~yukna/ENG/lessons/english.htm