Accueil > Carnets de voyages  

LE 24 octobre 2013

Croatie 2013 : découvertes et impressions

A l’aube de ce 3 Juin, se doutait-il notre ami Jean-Claude Narcisse qu’en nous entraînant sur les traces des Vénitiens il allait, bien au-delà de cette quête, nous faire vivre des jours riches en découvertes de tous ordres ?
Le groupe des voyageurs
Arrivée à Venise. L’aventure nous y guette déjà ! Merci à toi André d’avoir mis une dose de piment dans un voyage qui s’annonçait, ma foi, très classique ! Ne l’avais-tu pas intentionnellement oubliée cette carte d’identité qui allait nous faire battre le cœur un peu plus vite à chaque passage de frontière ? Quel bon tour tu nous aurais joué ! Tu en fus pourtant la malheureuse victime puisque nous dûmes t’abandonner pour une nuit à la frontière Croate, te privant ainsi de la découverte de Porec, de Rovinj et de leurs merveilles architecturales. De cette première matinée, de nos déambulations studieuses dans la basilique euphrasienne et la cathédrale Sainte Euphémie tinte encore dans ma mémoire le son d’une cloche malicieusement sonnée par Jean Noël, le seul de nous assez grand pour en atteindre le battant ! Parfum d’enfance…

Lendemain sportif. Chaussures de marche, chapeaux, casquettes, bâtons, parfois arrachés à une nature bienveillante ; par un temps quelque peu incertain nous découvrons la majestueuse beauté du Parc de Plitvice. Qui de nous oubliera un jour ces lacs aux couleurs changeantes, aux eaux si pures, le grondement des cascades et la vie aquatique qui règne en ces lieux ? De loups, d’ours ou de lynx qui, paraît-il, hantent la forêt, point ! Retirés sans doute à l’abri de tous ces chasseurs d’images… Mais souvenez-vous de cette minuscule grenouille aussi verte que la feuille sur laquelle elle se reposait et que nos yeux ont cherché pendant plusieurs minutes :
Plitvice
- Vous la voyez ? Elle est là !
- Mais non ce n’est pas elle.. Ah ! Un serpent d’eau vient de passer…

Frisson… Que nous voilà loin de nos préoccupations historiennes !

Nous les retrouvons cependant dans ce petit joyau qu’est l’île de Korcula. Visite guidée sous un soleil d’été qui ne nous quittera plus. Au sortir de la cathédrale notre guide pointe du doigt la maison natale de Marco Polo et tout à coup…Est-ce le soleil qui lui tape sur la tête ? Est-ce l’envie de plaisanter ? La voilà qui s’improvise sous nos yeux exorbités puis amusés, amie d’enfance du grand homme ! Oui, oui, le croirez-vous ? Elle a, dit-elle, joué avec lui dans les ruelles de l’île, il a épousé sa sœur….Ils correspondent…. Un vrai délire !... Merveilleuse Léa ! Si vous aviez simplement voulu, dans la plus pure des fantaisies, ouvrir nos yeux sur le halo de légende qui nimbe la vie de Marco Polo ?
Ile de Korkula
Dubrovnik. La jeune femme qui nous accueille à l’intérieur des remparts fait revivre pour nous l’histoire de cette ville qui au cours des siècles a su conserver son indépendance même si, pour échapper à la domination vénitienne elle a du céder aux Turcs une bande de terre, aujourd’hui partie intégrante de la Bosnie Herzégovine…
Dubrovnik
La Croatie coupée en deux ! Une frontière à passer et à repasser pour les voyageurs qui explorent la côte du nord au sud. Nous, en l’occurrence ! "Libertas" une fière devise pour Dubrovnik à laquelle un tremblement de terre et la dernière guerre ont fait payer un lourd tribut. Promenez-vous dans le Stradum, la belle grande rue pavée qui traverse la ville : Les blessures ont disparu. Les édifices ont retrouvé leur splendeur. Mais montez sur les remparts, admirez la cité vue d’en haut et déplorez ces toits de tuiles aux couleurs trop vives, pansements posés sur tant de maisons détruites et reconstruites Nous déambulons dans les ruelles, croisons des touristes et encore des touristes…. Les autochtones chassés par le bruit et l’agitation quittent la vieille ville. Le centre historique deviendra-t-il ville musée ?

Kotor ile du monastère Matin du septième jour. Nous roulons vers le Monte Negro. La petite ville fortifiée de Kotor apparaît au fond du cirque où vient se perdre ce fjord méditerranéen. Les montagnes tombent à pic dans la mer, sombres, imposantes. Au milieu des eaux flottent deux petites îles. C’est vers l’une d’elle que notre embarcation nous conduit. Ici, la foi n’a pas déplacé des montagnes, elle a construit une île ! Une jolie légende à l’origine. Ecoutez plutôt : un marin de Perast, petit port toute proche, découvrit une icône de la Vierge sur un rocher et fut instantanément guéri de ses maux ; à l’endroit même les habitants firent sortir des flots cet îlot pour y édifier une église "Notre Dame du Rocher" ; C’était il y a six siècles… Un religieux nous en fait les honneurs, nous promène dans le petit musée, heureux d’en faire partager ses richesses. Un bric à brac d’objets maritimes ; il y a en tant ! Et si peu de place !

De la cité de Kotor nous garderons le souvenir de la belle Place d’Armes sur laquelle débouche la Porte de la Mer à la fois Renaissance et baroque. Ici aussi sur les remparts le lion de Venise et dans de nombreuses façades l’influence vénitienne…

Split. La vie continue dans le Palais que fit construire ici l’empereur Dioclétien. Exemple unique d’une ville qui s’est édifiée à l’intérieur. Les voix slaves, profondes d’un chœur d’hommes – une klapa - font pour nous vibrer les murs. Le lion, patte posée sur la bible, veille ici aussi au dessus du portail de la cathédrale.

Et puis Trogir…. Sibenik et sa cathédrale Saint Jacques sur laquelle court une curieuse frise de soixante et onze têtes en relief, personnages anonymes immortalisés dans la pierre…Bel honneur pour de simples citoyens.

KristinaZadar enfin. Les vestiges d’un forum nous rappellent que la civilisation romaine s’est étendue sur ces rives. Tout à côté, bâtie au IXe siècle sur un plan circulaire l’église Saint Donat, type même d’architecture byzantine en Croatie. De la galerie, une voix s’élève : Kristina, notre guide, chante. Voix chaude. Acoustique exceptionnelle.

Ici comme ailleurs nos pas vont au rythme de notre curiosité. Que de pavés foulés pendant les dix jours de notre voyage ! Que d’escaliers montés et descendus ! Nous voici riches de connaissances historiques ; puisse notre mémoire y être fidèle !
Groupe folklorique à Zadar
Ce que nous n’oublierons pas en revanche, ce sont des moments de vie partagés ensemble : sur la route de Split, un nid sous le toit d’une petite auberge, une hirondelle qui vient y nourrir ses oisillons, un accordéoniste infatigable entraînant dans la danse quelques couples d’invétérés danseurs… Kristina qui reprend les succès d’Edith Piaf, son sourire éclatant si efficace, ses yeux bleus mouillés au moment de nous quitter…Primostène, petit village de pêcheurs où la mer nous a bercés deux nuits de suite… Cette mer semée d’îles et d’îlots innombrables, étincelante sous le soleil…. Les sirènes y ont chanté pour nous, comme elles le firent jadis pour Ulysse…, sirènes des temps modernes, orgues de la mer de Zadar !

Quelques mois après, tant de souvenirs se bousculent ! Ils ont le goût des fraises et des cerises achetées au hasard d’une escale, ici ou là, le parfum des seringats et des lauriers roses et la chaleur réconfortante de la convivialité.

cf : En Croatie sur les traces des Vénitiens : Istrie et Dalmatie. 3 juin - 13 juin 2013

PS : dès que son montage sera terminé, vous pourrez regarder le film du voyage réalisé par Jean-Noël CANCADE.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0