Accueil > Les Palmes Académiques  

LE 19 décembre 2006

Quelques jalons importants de l’histoire des Palmes académiques

De la double palme de l’Université impériale à l’ordre des Palmes académiques

Le décret impérial (Napoléon Ier) du 17 mars 1808

Il organise l’Université impériale.
Les Palmes universitaires devaient désigner les fonctionnaires de l’Instruction publique placés aux degrés supérieurs de la hiérarchie ou mis en lumière par leurs activités ou leurs talents.
Trois titres honorifiques furent créés : les titulaires, les officiers de l’Université et les officiers des Académies.
Brodées sur le costume universitaire, les Palmes académiques étaient un insigne de fonction avant de devenir une distinction (il s’agissait d’une double palme – une plume et un rameau d’olivier – brodée sur le côté gauche de la poitrine ; en or pour les titulaires, en argent ou en soie bleue et blanche pour les autres)

Les décrets du 9 décembre 1850 (sous la présidence de Louis Napoléon Bonaparte) et du 24 décembre 1852 (Napoléon III)

Ils modifient l’esprit des Palmes universitaires en autorisant leur attribution à d’autres catégories de personnes non prévues alors par les textes, notamment aux personnels de l’enseignement élémentaire.
La loi Falloux de 1850 permet d’attribuer ces palmes tant aux membres de l’enseignement public qu’à ceux de l’enseignement privé.
Il n’existe alors plus que deux grades : celui d’officier d’Académie et celui d’officier de l’Instruction Publique.
Pour la première fois les Palmes académiques sont séparées de la toge du professeur.

Le décret impérial du 7 avril 1866 (sous l’initiative du ministre Victor Duruy)

Les Palmes académiques deviennent une véritable décoration pouvant se détacher, se joindre aux insignes d’autres ordres.
Les Palmes pouvaient être attribuées à de non- enseignants ayant rendu par leur action des services signalés à l’Education.
A cette époque, les Palmes étaient différentes : celle de gauche était une palme formée de feuillage d’olivier garni d’olives, celle de droite, de laurier.
La décoration moderne est instituée : un ruban violet moiré pouvant suspendre deux palmes.
L’usage toléré par le Ministère consista néanmoins à porter à la boutonnière le ruban violet ou sa rosette violette selon le grade du titulaire.

Le Décret du 4 octobre 1955 (René Coty Président) sur l’initiative de Jean Berthouin)

Les Palmes académiques deviennent un Ordre de mérite comprenant trois grades : chevalier, officier, commandeur.
Mais cet ordre est sans dignitaires car à la différence des deux Ordres nationaux de la Légion d’Honneur et du Mérite, il ne comporte ni grand’ officiers, ni grand’ croix.
Désormais il y aura deux promotions :
- le Ier janvier
- le 14 juillet

Les insignes furent changés . Ils seront formés de deux palmes identiques de feuillage de laurier (feuilles émaillées de violet)
L’insigne de chevalier est en argent (35mm), celui d’officier est en or (35mm). Son ruban est garni d’une rosette de 22mm de diamètre. Pour les commandeurs, les palmes sont aussi en or, émaillées de violet, mais leur dimension est de 60mm. De plus, elles sont surmontées d’une couronne d’attache de 30mm de hauteur, formée de six olives d’or emaillées de violet. Un anneau plat de 30mm entoure le ruban.
L’insigne est suspendu à un ruban moiré de couleur violette.

Le décret du 19 avril 2002

Rénovation des conditions de nomination et d’avancement et réforme de la procédure disciplinaire.
"En dehors de l’Université, l’Ordre peut également distinguer les personnes qui rendent des services importants au titre de l’une des activités de l’Education nationale, les personnalités éminentes qui apportent une contribution exceptionnelle à l’enrichissement culturel, les personnes qui se sont illustrées de façon remarquable par les services rendus à l’enseignement. Les étrangers peuvent recevoir une distinction dans l’Ordre des Palmes académiques". Le contingent annuel (toujours deux promotions : le Ier janvier et le 14 juillet) est fixé à 7570 chevaliers, 3785 officiers, 280 commandeurs.
Il faut savoir qu’en 1962 l’AMOPA fut créée et placée sous le Haut patronage du Président de la République, du Ministre de l’Education nationale et du Grand Chancelier de la Légion d’Honneur. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 1968 . Elle compte 114 sections dans les départements de la Métropole et d’Outre-mer. Elle est présente sur les cinq continents, dans 75 pays et regroupe près de 30000 adhérents.

Merci à Régis SINGER (revue AMOPA 168) et à Emile FOEX (histoire des Palmes académiques) de nous avoir permis d’accéder à ces informations.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0