Accueil > Activités  

LE 4 décembre 2010

Visite de l’Institut Lumière (8 novembre 2010)

Ce lundi 8 novembre fut une journée bien contrastée sous la houlette de Bernard Guignot.

Après le trajet en car jusqu’à Lyon, nous fûmes reçus à l’Institut Lumière où nous pûmes, pendant deux heures, découvrir l’univers des frères Louis et Auguste Lumière dans l’ancienne maison de leurs parents au cœur du quartier de Montplaisir auquel jadis cette famille donna vie. Bien sûr, nous attendions et nous eûmes une visite centrée sur l’invention du cinématographe mais elle permit de préciser bien des aspects moins connus.

Avant l’invention associée au nom des Lumière, cette famille se consacrait à la production de matériel photographique et se situait déjà dans la bourgeoisie lyonnaise ;
- la première invention marquante en 1881 fut celle du système de prise de vue instantané qui libéra la photographie des longs délais de pose, fit sortir cette activité de l’officine des photographes professionnels et assura la croissance de l’entreprise, l’extension de l’usine et la fortune des Lumière ;
- l’invention du cinéma serait venu rétablir la situation d’une famille que les audaces du père, grisé par le succès, avaient ébranlée ;
- la mise au point en 1895 du système de prise et de projection d’images animées visibles par plusieurs personnes en même temps à l’inverse d’une invention d’Edison, fut moins le résultat d’une découverte ex nihilo que de la synthèse des recherches en cours de nombreux inventeurs ;
- Louis fut le véritable inventeur mais les deux frères, d’ailleurs mariés à deux sœurs, étaient très unis et Louis associa le nom de son frère au sien lors de la prise du brevet ;
- les Lumière continuèrent à produire du matériel photographique et cinématographique mais ils furent aussi réalisateurs des premiers petits films, petites tranches de vie, courtes scènes et ils lancèrent bientôt leurs opérateurs dans le monde entier permettant aux spectateurs sous toutes les latitudes de découvrir le monde en images animées, une source irremplaçable pour les historiens actuels de la charnière des deux siècles puisque ces films sont conservés ; 
- l’activité cinématographique des Lumière prit fin en 1905 alors que de nouvelles maisons de production comme Pathé réorientaient cette activité ; mais la production de matériel se poursuivit, jalonnée d’inventions dues essentiellement à Louis et débordant sur d’autres domaines comme les prothèses, particulièrement après la première guerre mondiale, sans négliger la photographie puisque Louis considérait que sa principale invention fut la photo autochrome.

Le riche discours du guide fut accompagné de l’examen de divers engins de prise de vue et projection, de photos panoramiques circulaires présentées sous chapiteau, de photos autochromes des années 1900 aux couleurs remarquablement conservées (à l’inverse de nos "vieilles" diapos !) et d’un film dont les interruptions accidentelles multiples nous rappelèrent que nul n’est prophète en son pays !

Le repas, dans un bouchon lyonnais, nous donna les forces nécessaires pour nous rendre sans trop de crainte... chez les dentistes, à la faculté d’odontologie.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0