LA PYROLYSE A LIT

GENERALITES

Elle concerne des déchets de type boues de station d'épuration, boues de peinture, vernis, colle, les laitiers, scories, réfractaires usés, les sables de fonderie usagés...

Le procédé rejette :

Les gaz issus de la pyrolyse sont des gaz valorisables (monoxyde de carbone, hydrogène, hydrocarbures légers), mais peuvent nécessiter une épuration avant utilisation (présences de SO2...).

Les liquides obtenus peuvent aussi être valorisables : essences, huiles...

Coke, granulats.

Quatre technologies sont aujourd'hui disponibles :

LA TECHNIQUE

exemple de l'entreprise allemande Veba

La pyrolyse en fours rotatifs chauffés est un processus de valorisation en continu des hydrocarbures. Ce procédé a été utilisé en Allemagne dès 1930 pour ennoblir les résidus de l'hydrogénation de l'huile lourde.Voici le fonctionnement d'une unité pilote de l'entreprise Veba.

Le four est alimenté en déchets solides par une vis sans fin. La pyrolyse se déroule dans un four rotatif chauffé directement par des brûleurs à gaz, sous une légère surpression (10 mbars), en l'absence d'oxygène. La température de pyrolyse et la durée de séjour du produit dans le four sont réglables en fonction des charges. La température de pyrolyse se règle en ajustant la température sur les parois du four (650 °C en général). On module la durée de séjour du produit en modifiant l'inclinaison du four ainsi que sa vitesse de rotation.

La décomposition thermique des déchets liquides et pâteux peut produire des dépots sur les parois du four qui réduisent la conductivité thermique. Un dispositif de nettoyage des parois est prévu à cet effet.

Les résidus solides produits pendant le craquage thermique sont déchargés du tambour puis refroidis.

Les vapeurs pyrolytiques engendrées dans le four rotatif sont envoyées à contre-courant vers le coke pyrolytique puis extraites du côté alimentation du four.

Les vapeurs passent ensuite par deux étapes de condensation :

A la première, elles sont refroidies à 300 °C et simultanément les particules de coke contenues dans ces vapeurs sont éliminées par lavage. L'huile pyrolytique obtenue a un point d'ébullition élevé et contient des solides. Elle peut être recyclée dans le four rotatif en vue de sa conversion en hydrocabures plus légers aussi bien qu'en coke, ou valorisée par une hydrogénation sous haute pression pour donner des produits de raffinerie de haute qualité.

A la seconde, les vapeurs pyrolytiques sont ramenées à environ 35 °C. Les hydrocarbures légers et la vapeur d'eau sont alors condensés. On obtient trois phases : huile, eau, gaz.

L'eau condensée doit être traitée dans une station d'épuration d'eaux usées.

La fraction huileuse peut être valorisée en produit de raffinerie de qualité ou transformée par gazéification en gaz de synthèse.

Les gaz pyrolytiques non condensables sont récupérés et débarrassés des substances nocives afin de produire le combustible nécessaire au chauffage du four pyrolytique.

La composition et la qualité des produits issus de la pyrolyse (gaz, huile et coke) peuvent varier de façon notable selon le type de charge introduite.

L'exploitation de l'installation pilote de Veba a montré que la pyrolyse en four rotatif pouvait servir à l'élimination à grande échelle des résidus de distillation issus du traitement des huiles minérales et des brais de goudron. Une installation pyrolytique débitant 9t/h, avec calcination en aval du coke pyrolytique, est actuellement construite dans la région de la Ruhr.

DES DONNEES

exemple de Peignage Amédée (Roubaix)

Installation mise en service en 1980

Pyrolyse du concentrat d'eaux de lavage de laine

Prétraitement :

Débit d'alimentation : 3 750 kg/h de concentrats

Pyrolysat : contient 15 à 20% d'oxyde de potassium valorisé comme engrais après refroidissement et granulation.

Gaz de pyrolyse : valorisé par post-combustion en chaudière pour la production de vapeur d'eau.

Température : 450 °C

Technologie utilisée : four tournant PILLARD

Consommation : 80 kg/h de gaz naturel, 11 600 kg/h d'air de combustion

Investissement : 40 MF (1980)

Coût d'exploitation : 2,5 à 30 MF/an (?)

PRINCIPAUX FOURNISSEURS

(liste non exhaustive)

EGCI PILLARD :

13, rue Raymond Teissère

13 272 Marseille cedex 8

France

tel : 91 80 90 21

fax : 91 25 72 71

CGCE :

28, rue Kleber

92 320 Chatillon

France

tel : (1) 42 31 52 75

fax (1) 40 92 08 71 (?)

INSTITUT PYROVAC INC :

1560, av du Parc Beauvoir

Sillery

Québec

GIT2M4

tel : 418 656 7406

fax : 418 656 5993