La décontamination par micro-ondes.

Principe de fonctionnement

Le procédé de décontamination par micro-ondes est basé sur le même principe que les fours à micro-ondes domestiques. Il s'agit d'exciter les molécules et les atomes du corps à traiter par l'onde électromagnétique délivrée par le four (qui correspond à une source énergétique), ce qui conduit à un échauffement. De même dans le cas d'un procédé industriel, le but est de chauffer à forte température et de manière homogène un corps afin de tuer sous l'effet de la chaleur, les micro-organismes pouvant s'y trouver. Le problème à résoudre est celui du dimensionnement des installations, par rapport à un four domestique.

Les micro-ondes sont des ondes électromagnétiques dont les fréquences autorisées pour les installations industrielles sont 915 MHz et 2450 MHz. L'intérêt de ces ondes est leur capacité à pénétrer les corps à traiter à une profondeur de 5 cm à 12 cm suivant la nature de ces derniers.

Les produits doivent donc être de faible taille de manière à être atteints par l'onde et donc chauffer en leur sein. Par contre leur forme importe peu.

L'inertage par micro-onde est principalement utilisé aujourd'hui pour le traitement des déchets hospitaliers. Son but est principalement d'éliminer tout risque de contamination bactériologique à partir de déchets anatomiques

Par ailleurs, l'eau étant particulièrement réactive (diélectriquement parlant) à l'action des micro-ondes, les déchets seront mouillés afin d'effectuer une montée en température plus rapide et plus facile.

Technologie, caractéristiques

Le procédé de traitement des déchets par micro-ondes nécessite d'être intégré dans un processus dissocié en quatre étapes.

Après pesage, les déchets à traiter passent dans un broyeur d'une capacité théorique de 250 kg/h. Ils sont alors réduits en morceaux de 2 cm par 2 cm environ, ce qui permettra aux micro-ondes de les pénétrer totalement et donc de les traiter efficacement.

Au cours de cette phase, un premier jet de vapeur est pulvérisé à l'intérieur de la trémie de chargement. Cette trémie est régulièrement désinfectée.

Le granulat est alors entrainé par une vis sans fin vers des jets de vapeur à 150°C opérant une mise en température des déchets broyés avant l'action des fours à micro-ondes.

Les déchets passent dans la zone à micro-ondes composés de 6 générateurs et qui maintiennent une température de 95°C. La mise en marche des fours est déclenchée automatiquement au passage des déchets.

Une seconde vis sans fin permet l'évacuation du broyat désinfecté dans un conteneur à ordures. Dès lors les déchets sont assimilables à des ordures ménagères et peuvent être mis en décharge ou incinérés.

L'ensemble de ces opérations est contrôlé informatiquement. Les moyens informatiques garantissent l'adéquation temps de passage / puissance des générateurs micro-ondes, contrôlent la température de fonctionnement et le degré d'humidité des déchets. Enfin ils permettent la détection de problèmes de sécurité et commandent l'arrêt automatique du processus. En outre, le traitement des déchets hospitaliers étant étroitement contôlé, de nombreux tests d'efficacité de la décontamination sont effectués par la DDASS. Le coût de traitement hors collecte, transport et ammortissement pour le procédé est de 600 F/tonne.

Avantages et inconvénients

L'avantage est un traitement rapide et sûr des déchets hospitaliers. Par ailleurs, l'appareil décrit précédemment est confiné dans un container transportable dont les dimensions sont 6060x2438x3250 mm pour le procédé commercialisé par la société Esys.

Les inconvénients sont ceux communément connus en ce qui concerne les micro-ondes, c'est à dire un certains nombre de déchets interdits :

Application

La société Esys située au Puy en Velay (43) commercialise un procédé d'inertage des déchets hospitaliers comme celui décrit auparavant. Un appareil fonctionne actuellement à l'hôpital Emile Roux du Puy. L'étude préalable à la commercialisation de l'appareil a été menée par l'Institut Pasteur pendant 6 mois en 1990 et, en juillet 1991 les ministères de la santé et de l'environnement autorisent le procédé de traitement par micro-ondes dénommé Sthemos, comme alternative à l'incinération des déchets hospitaliers.