COMPOSTAGE

(chiffres de 1981)

Préparation des échantillons

Les déchets ménagers sont d'abord triés puis quelquefois broyés. Le broyage est de plus en plus contesté car il est après plus difficile de retirer les morceaux de verres et les éléments en matière plastique. Il reste alors :

La fermentation du compost est réalisée soit en tas à l'air libre (fermentation naturelle), soit en silos ou tours de fermentation (fermentation accélérée).

Principe physico-chimique

La fermentation du compost nécessite l'addition d'eau. La teneur en eau est environ de 50 %. Etant aérobie, elle nécessite un contact air-compost qui est réalisé par retournement périodique des tas tous les deux ou trois jours ou soufflage d'air dans les silos. Théoriquement, la quantité d'air à fournir est de 5 litres par kilogramme de matière et par heure.

On peut dire que des bactéries spécifiques attaquent les molécules de grande taille et la fragmente en plusieurs morceaux avant qu'elle soit reprise en charge par d'autres bactéries qui en constituent leur substance avant d'être elles-mêmes consommées par d'autres bactéries, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'on arrive soit à des corps relativement simples : acide carbonique, nitrates, phosphates directement utilisables par les végétaux, soit à ce qui est désigné sous le nom d'humus, qui constitue dans le sol le complexe argilo-humique.

La dégradation microbienne en aérobiose des déchets putrescibles et organiques (excepté les déchets de plastique qui sont difficilement biodégradables) conduit à la formation d'un humus capable de régénérer les terres appauvries tout en réduisant au minimum les pollutions susceptibles d'être engendrées par le rejet direct des déchets concernés.

La fermentation comporte différentes phases :

Performance

Un compost est constitué, en gros, d'un tiers de matière organique, d'un tiers de matière minérale et d'un tiers d'eau.

Après fermentation, le compost peut encore contenir des produits non fermentés (matières plastiques, tissus, caoutchouc, cuir, etc.). Il peut alors être tamisé et les produits non fermentescibles constituant le refus de tamisage sont envoyés à l'incinérateur.

Prix et taille

La transformation biologique se fait à l'intérieur de tas appelés andains en forme de prismes d'une hauteur variant entre 2 et 4 m et d'une longueur pouvant atteindre plus de 30 m. Dans le cas des silos, ces tas sont maintenus dans une enceinte fermée conservant chaleur et humidité. Le compost peut être stocké en tas sur des hauteurs importantes sans inconvénient (mauvaises odeurs) pour le voisinage.

Le prix du compost est de 20 à 30 F/t (chiffre de 1974) sortie usine. Les usines fabriquant du compost en produisent de 40 000 à 80 000 tonnes par an. La production varie de 250 000 t/an pour 20 millions d'habitants au Danemark et aux Pays-Bas à 4 millions de tonnes pour 80 millions d'habitants en France et en Espagne.

Usage

10 % des déchets urbains, c'est-à-dire collectés par les services municipaux, sont compostés.

La répartition de l'utilisation du compost est la suivante :

Difficultés

La contamination par les métaux lourds pose des problèmes notamment en matière d'épandage. A ce titre, il existe des normes à respecter pour l'épandage en champ. Si les déchets entrant dans le système sont souillés, alors le composte contient des résidus (plastiques), qui constituent des nuisances visuelles et diminuent la valeur marchande. La technique s'oriente actuellement surtout vers le traitement de déchets "verts" pré triés et vers les sources sélectionnées.