LAGUNAGE

A l'usage, on distingue le lagunage non aéré qui est une technique anaérobie et le lagunage aéré qui appartient aux techniques aérobies.

Préparation des échantillons

Les eaux résiduaires doivent subir au moins une décantation mécanique primaire.

Dans les lagunes sans aération ni brassage artificiels, l'oxygène est principalement fourni par les phénomènes suivants :

Traitement physico-chimique

Les durées de séjour varient de quelques jours à quelques semaines, avec une compensation appropriée de la concentration, surtout si l'eau des lagunes est en plus aérée et brassée.

La condition la plus importante, pour l'épuration des eaux résiduaires dans les lagunes, est que le contenu de ces dernières ne doit à aucun moment entrer en putréfaction.

Les organismes participant aux processus d'épuration, en particulier les bactéries et les algues, sont classés selon leur activité en organismes hétérotrophes et organismes autotrophes.

Les premiers apparaissent principalement sous forme de bactéries an aérobies ou aérobies. Ils assurent la formation ou, la transformation des substances organiques complexes en molécules simples ou, au maximum, en anhydride carbonique et en eau.

Les seconds se développent sous forme d'algues flottantes ou fixées. Ils forment leur biomasse par fixation d'anhydride carbonique. Ils sont capables d'absorber des substances inorganiques comme l'ammonium, le nitrate, l'o-phosphate et de les mettre en valeur. Ils contribuent ainsi à la réduction des engrais.

Performance

L'inconvénient des lagunes réside dans le fait qu'on doit disposer de volumes importants pour la réception des eaux résiduaires à épurer. L'avantage majeur est le coût relativement faible de cette technique.

Taille

Contrairement aux installations à boues activées et à lits bactériens, l'épuration des eaux usées dans des lagunes est un procédé à grande surface.

La profondeur des lagunes sera, en fonction du relief du sol, de 0,5 à 1,5 m pour qu'une aération artificielle ne soit pas nécessaire, et de 2,5 à 3 m dans l'autre cas.

Les lagunes sont généralement construites sous forme de bassins de terre, pourvus de talus ayant une pente d'un tiers. Si une protection contre l'infiltration dans les eaux souterraines est nécessaire, les fonds et les remblais doivent être colmatés. Elles sont généralement rectangulaires.

Usage

C'est une technique rustique. Le facteur d'insolation et la simplicité de la technique ont considérablement contribué à un recours fréquent et efficace au lagunage dans les latitudes sud.

Le lagunage aéré est utilisé pour l'épuration biologique des substances organiques non décantées et non dissoutes contenues dans les eaux résiduaires pré-épurées mécaniquement dans des étangs de décantation ou par un autre procédé.

Le lagunage non aéré est utilisé pour diminuer la teneur en substances organiques d'eaux résiduaires brutes ou clarifiées mécaniquement (décantation primaire). Grâce à l'aération artificielle, on obtient :

Une puissance de 20 W/m3 permet que l'ensemble des boues reste en suspension et soit transporté avec l'effluent. Si un recyclage des boues provenant de la décantation secondaire est prévu, l'installation est alors une installation à boues activées avec de grandes durées d'aération.

Le plus répandu est le lagunage mixte. Une puissance de 3 à 4 W/m3 suffit alors pour faire circuler et alimenter en oxygène la totalité de l'eau. Mais dans ce cas, la boue se dépose au fond et agit sur les matières nutritives ramenées au-dessus d'elle, comme une boue fixe, avec action biologique aérobie, analogue au film biologique du lit bactérien.